Le chant du caillou

by Les nomades de la lande

/
1.
2.
3.
05:13
4.
04:15
5.
04:27
6.
05:07
7.
05:55
8.
9.
10.
03:02
11.
12.
13.
14.
05:46

about

Premier album du groupe 8 ans après sa formation sur l'ile d'hoëdic (Bretagne, France), le Chant du Caillou présente tout au long des 14 compositions originales un bout de vie sur l'ile d'Hoedic selon différents points de vue. Se mêlent pêle-mêle le quotidien du campeur, la vie des insulaires, l’invasion des touristes mais aussi les figures marquantes du Petit Canard. Bref un concentré de ce petit caillou et de ses habitants. Ca sent l’iode, la marée, la bière et la franche rigolade. De temps en temps nostalgie et amertume pointent le bout du nez, mais toujours pour mieux rebondir sur des rythmes endiablés où tanguent les marins du dimanche parfumés au houblon et les iliens le sourire en coin.

credits

released 01 August 2012

Textes et musiques: Ludovic JAN

tags

license

feeds

feeds for this album, this artist

about

Les nomades de la lande Hœdic

Créé sur l'ile d'Hoëdic en 2005, les Nomades de la lande
déroulent les mélodies et les émotions pour évoquer ce lieu qui a scellé leur fraternité et est devenue leur principale source d'inspiration. Se mêlent pêle-mêle le quotidien du campeur, la vie des insulaires, l’invasion des touristes mais aussi les figures marquantes du Petit Canard. Ca sent l’iode, la marée, la bière et la franche rigolade ... more

contact / help

Contact Les nomades de la lande

Track Name: Les Nomades de la Lande - Le chant du Caillou
Le chant du Caillou
Ici et là, un peu partout
Je l’ai cherché sans trop y croire
Une illusion, une onde floue
Ne se donne pas au premier soir.
Même dans mes rêves, même dans mes songes
Je l’attendais sans le savoir
D’émotions vives en doux mensonges
Comme la promesse d’une belle histoire.
Laï laï laï laï …

Il me manquait sans doute un peu
Un doute qui pèse quand on devient vieux
Un vide obscur qui s’agrandit
Comme se creusent les rides d’une vie.
Et puis il m’est tombé dessus
A l’abri d’un été frileux
Dans les embruns, je l’ai entendu
C’est dans la lande qu’il m’est venu.
Laï laï laï laï …

Un air soyeux, une mélodie
Une ballade entre terre et mer
Qui me traverse et m’étourdit
Une belle caresse insulaire.
Valse à trois temps qui se prolonge
Qui m’accompagne, rengaine futile
Douce atmosphère, dans laquelle je plonge
Bain de quiétude, musique de l’Ile.
Laï laï laï laï …

Depuis il sonne et il résonne
A chaque fois que je vagabonde
A chaque pas que je fredonne
Entre le port et la dune blonde.
Les battements de mon cœur nomade
Cognent dans ma poitrine sur un rythme fou
Les battements de mon cœur nomade
Ont rencontré le chant du Caillou.